Les priorités – chapitre 3

Dans l’article précédent, « Les priorités – chapitre 2 », dans lequel nous avons abordé le thème de la croissance (en étudiant les objectifs, la pensée et l’environnement), nous allons développer le sujet du potentiel.

Mon potentiel

C’est un domaine clé des priorités. Il est central. Mais, avant tout, qu’est-ce que le potentiel ?

Le dictionnaire définit ce terme ainsi : force, puissance, ressources dont on peut disposer.

Pour rendre cette définition plus dynamique, je dirais que c’est la réserve de capacités qui existe en moi.

Oui, cette réserve existe en moi, en vous, en toi.

Qu’est-ce que cela veut dire ? Dans chaque vie, existe des capacités qui dorment, oui, en chacun.e d’entre nous !!!

Beaucoup se dévalorisent. Pourtant, nous avons de la valeur et ce, sans exception !

Nous en avons maintes et maintes fois eu la démonstration ! J’aime voir des personnes, au sujet desquelles on disait qu’elles étaient incapables de réaliser une chose, triompher, en manifestant ce qui étaient en elles.

Les jeux paralympiques sont une grande démonstration que cette réserve existe bel et bien !

Nous sommes dotés d’un énorme réservoir de choses que nous pouvons réaliser. Seulement, il nous faut le découvrir. Vous vous demandez comment. Voici quelques pistes !

1. La facilité

Notre potentiel, l’une de nos priorités, se cache souvent dans les actions les plus simples pour nous.

Oui, la facilité est un des indices qui peut nous prouver que nous avons du potentiel dans un domaine ou un autre.

Ce dont nous ne nous rendons pas compte, c’est que certaines personnes ont du mal à réaliser une tâche, même avec beaucoup de travail.

Prenons l’exemple de deux élèves d’une même école de musique qui étudie le même instrument. L’une d’entre elles prendra plus de temps à maîtriser son instrument, tandis que l’autre ira bien plus vite.

Évidemment, nous pouvons trouver cela injuste, mais c’est juste que le potentiel offre une prédisposition à la réalisation d’une action. Par conséquent, elle est plus facile à accomplir.

Ce n’est pas que l’autre n’a pas de capacité. Seulement, elle est moins favorisée ! Il lui faudra ainsi davantage de travail pour arriver au même résultat que celle qui a ce potentiel. À travail égal, les avancées ne seront pas les mêmes.

2. La rapidité d'action

La rapidité d’action va de paire avec la facilité.

Pour quelle raison ? Tout simplement parce que celui qui a un potentiel, dans une zone de compétence (savoir-faire), ou de qualité relationnelle ou comportementale (savoir-être), réfléchira bien plus vite dans son domaine, son potentiel.

Voilà pourquoi il ne faut jamais négliger sa capacité à résoudre un problème plus vite qu’une autre personne. 

Ce critère peut être déterminant pour découvrir si on possède un potentiel dans un secteur particulier !

L’exemple de Daniel Tammet est frappant. Il a enregistré le nombre Pi et en a récité les 22514 premières décimales en 5 heures et 9 minutes. C’est ainsi qu’il s’est fait connaître du grand public.

3. L'attractivité

Attraction

Nous avons établi que le potentiel faisait partie de nos priorités. Il est donc clair et évident que le domaine de mon potentiel m’attirera, que je le veuille ou non.

L’attractivité est un facteur majeur dans la découverte de mon potentiel. C’est même obligatoire.

Il faut que je me lance à la recherche de ce que j’aime profondément, de ce qui m’attire.

Cette attractivité a un caractère naturel, je ne peux m’en détacher.

Pour vous donner un exemple, une personne qui est naturellement attirée par les enfants a un contact bien plus facile avec eux. Elle a évidemment un potentiel dans ce domaine, dans ce genre de relations.

Alors, nous devons nous poser la question ! Qu’est-ce qui m’attire ?

Il en est de même des choses qui me touchent. Je développe généralement une sensibilité plus grande vis à vis d’un élément important pour moi. Cela suscite en moi plus d’émotions.

Ce sont des choses sur lesquelles il faut que je m’arrête.

4. Ma manière de pensée

Dans mes priorités, comme je dois grandir dans un domaine bien défini, ma manière de pensée s’aligne à celui-ci.

Ainsi, mon potentiel m’amène dans une direction particulière et je suis capable de construire mon monde de manière spécifique. Ma manière de pensée est un indice énorme sur mon potentiel.

Je peux me concentrer sur la manière dont une chose est construite, dont elle est dessinée, dont elle est peinte.

Le potentiel nous oriente assez précisément vers qui nous sommes réellement. Il impulse un système dans lequel nous fonctionnons.

Si je voulais prendre mon exemple, je dirais que je fonctionne beaucoup dans l’imaginaire et dans la réflexion.

Notre manière de pensée est fortement impactée, car nous sommes des êtres différents, à part.

De la même manière qu’il existe une multitude d’êtres humains, tous différents, il existe une multitude de potentiels, qui peuvent se ressembler, mais ne sont jamais les mêmes.

Pourquoi ? À cause de la grande ressemblance ! Laquelle ? Voyons ça tout de suite !

Mon potentiel : un type d'ADN

Tout comme ma morphologie, mon potentiel est un mélange qui descend de ma lignée familiale, aussi grande soit-elle !  Mon réservoir de capacités est issu de combinaisons multiples, mais unique. 

C’est un critère qui ressemble donc à des critères physiques. Il n’existe pas deux personnes strictement identiques sur la Terre. Une chose, au minimum, les différenciera . Cette réserve est marquée en moi, tout comme mon ADN.

Alors, quelle nouvelle ! Même s’il y a une autre personne qui fait une chose ou des choses qui ressemblent à ce que je fais, ce ne sera jamais strictement identique.

J’ai donc toute la place pour développer mon potentiel ! Je n’ai aucune raison d’être jaloux ou jalouse de l’autre !

Oui, je parle de le développer, car le potentiel est comme un muscle. Il faut le travailler, l’explorer.

Souvenez-vous/souviens-toi que j’ai commencé par dire que c’était une réserve ou un réservoir. Il peut être inépuisable, mais il faut que je puise.

Je commence par les prémices, la surface et j’approfondis !

Finissons par la grande nouvelle !

Je peux avoir plus d’un potentiel. Dans ce cas, je vais devoir être encore plus attentif ! Cela peut être dans un grand domaine, comme l’art.

Pour vous donner mon exemple, j’écris et je fais de la musique. Ce sont deux sous-types du domaine artistique. Tous deux, lorsque l’on y pense, demandent beaucoup d’imagination. Je communique aussi assez bien. J’aime les personnes et j’aime transmettre du savoir, du savoir-faire et du savoir-être.

La curiosité

Pour découvrir mon potentiel, je dois être curieux, car il y a tellement de domaines à explorer que je ne dois pas m’en priver.

Plusieurs d’entre nous trouvons cette clé, alors que nous sommes initié.e.s à une nouvelle activité.

Il est indispensable de s’ouvrir, car nos capacités sont tellement étendues. Nous pouvons progresser dans un domaine précis, jusqu’à notre dernier souffle.

La curiosité est un des éléments déclencheurs les plus puissants. Elle nous pousse à l’action. Au contraire, la passivité est l’ennemi de la découverte de notre potentiel.

Il est nécessaire de vouloir en savoir plus, de se poser des questions, et de poser des questions autour de nous. Nous avons quelque chose dont le monde a besoin et qui nous permettra de nous épanouir.

C’est ainsi que serai davantage concentré et observateur. Ce sont deux facteurs que je dois lier à ma curiosité.

J’espère que ces informations seront une aide pour quelqu’un. Je me permettrai de rajouter des éléments, pour compléter cet article.

La découverte de votre/ton potentiel permet de trouver votre/ton métier ou de vous/te réorienter dans la vie professionnelle et même personnelle.

À très bientôt !

3 réflexions sur “Les priorités – chapitre 3”

  1. Merci pour cet article très enrichissant, vous nous motivez à chercher toujours plus loin dans nos capacités !
    Et c’est vrai qu’on peut éprouver de l’attirance pour un domaine, sans pour autant y être doué, au début. À force de pratique, de motivation et de persévérance, on finit même par maîtriser, voire exceller dans ce domaine.
    Par exemple, je vois beaucoup de personnes qui aiment le dessin, ça les intéresse beaucoup, et c’est à la portée de tous. Au début, ils font des dessins simples, et à force de retravailler leurs traits, ils évoluent vers un style de dessin qu’ils s’approprient. Et c’est ainsi qu’on arrive à s’épanouir dans les domaines par lesquels nous sommes attirés !

    1. Je te remercie pour ton commentaire ! Oui, il faut chercher à grandir dans notre potentiel. En effet, la pratique agit exponentiellement sur celui-ci.
      Après, il faut se spécialiser, comme tu l’as si bien dit !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.