Voyage 3 : Makasi, la force intérieure qui s’extériorise

Un être à part

Makasi est le héros du voyage 3 de Contes d’aujourd’hui.

C’est un jeune garçon élevé par ses deux parents Tata Yoka et Mama Mona.

Le papa est caractérisé par ses facultés à écouter et à entendre.

La maman, quant a elle, est caractérisée par ses capacités à voir et à regarder.

Ce jeune garçon a grandi dans un milieu propice à sa croissance, avec des parents aimants.

Il n’avait pas encore été confronté à la méchanceté qui peut exister entre les enfants à l’école.

C’est ce à quoi il est confronté un jour lors d’un match de foot.

De par ses forces, il fait gagner l’équipe. À son grand regret, il ne peut être partout sur le terrain et est obligé d’être le gardien de but.

Il veut faire ce qu’il pense être le mieux et fait tout son possible pour que son équipe gagne.

De plus, Makasi pense aux autres et veut leur bien. Il est dévoué et fait tout pour contribuer à la victoire de ses coéquipiers.

La parole, une arme puissante capable de construire et de détruire

Malgré toute sa bonne volonté, il n’arrive pas à conserver tout le fruit de ses efforts.

Finalement, son équipe perd le match. C’est là que commencent tous ses ennuis.

Ses camarades d’école, qui sont ses coéquipiers, lui en veulent. 

Ils mettent toute la faute de leur défaite sur Makasi et prononcent des mots durs contre lui.

Par conséquent, Makasi est blessé et perd l’estime qu’il a pour lui-même. Ces paroles le détruisent.

Il avait toujours été construit par les paroles bienveillantes de ses parents. Ce jeune héros ne sait pas comment réagir.

Il découvre combien ses parents ont  semé des bonnes paroles qui ont eu pour effet sa croissance et une très bonne estime de lui-même.

La parole est une épée et il existe une Parole supérieure : L’épée Sacrée.

Les parents de Makasi

Ils jouent un rôle crucial pour le développement de leur enfant. Très responsables, ils font tout pour faire de lui quelqu’un d’épanoui.

Mama Mona tient sa place d’observatrice auprès de Makasi pour déceler les moments où il ne va pas bien.

Comme son nom l’indique, elle est les yeux du couple : elle regarde et voit quand Makasi est affaibli par les paroles de ses camarades.

Tata Yoka, quant à lui, est les oreilles. Il écoute et entend Makasi dans sa période de trouble.

Ainsi, ils sont complémentaires et chacun contribue à sa manière, selon ses forces, à la  croissance de leur fils.

Je me dois de souligner que la maman joue un rôle central, comme c’est très souvent le cas.

Elle est la première à s’apercevoir que quelque chose ne va pas.

Mama Mona réconforte Makasi et le conduit dans la bonne direction, avec l’aide de son époux.

Ce qui renforce l’assurance de ce jeune garçon est l’unité qu’il peut ressentir au sein de sa famille.

Ses parents sont une référence et il peut mettre leur parole à l’épreuve, sans douter.

Il vit ce que ses parents lui avaient prédit et il grandit dans son identité : c’est un enfant aimé.

La découverte de Makasi

Makasi est un enfant très fort qui apprend que sa force peut être renforcée par des paroles positives dites à son sujet.

Il retient aussi que les paroles négatives des autres ou de lui-même peuvent avoir un effet destructeur.

Assez jeune, il découvre clairement que ses paroles sont puissantes et sont l’une des plus grandes armes qu’il possède.

Il peut finalement se détruire lui-même en prononçant des mauvaises choses ou en acceptant les paroles négatives dites à son sujet.

Devise

Les mots tranchent les situations et les cœurs plus profondément que nous pouvons le penser.

Ne prenez pas la parole en vain !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.